· 

Jours sans faim - Delphine De Vigan

Oeuvre : Jours sans faim

Auteur : Delphine De Vigan

Editions : J’ai Lu

 

Résumé : 

"Cela s'était fait progressivement. Pour en arriver là. Sans qu'elle s'en rende vraiment compte. Sans qu'elle puisse aller contre. Elle se souvient du regard des gens, de la peur dans leurs yeux. 

 

Elle se souvient de ce sentiment de puissance qui repoussait toujours plus loin les limites du jeûne et de la souffrance. Les genoux qui se cognent, des journées entières sans s'asseoir. 

 

En manque, le corps vole au-dessus des trottoirs. Plus tard, les chutes dans la rue, dans le métro, et l'insomnie qui accompagne la faim qu'on ne sait plus reconnaître.

 

Et puis le froid est entré en elle, inimaginable. Ce froid qui lui disait qu'elle était arrivée au bout et qu'il fallait choisir entre vivre et mourir."

Critique : Si tu me suis depuis un moment, tu connais déjà mon amour pour Delphine De Vigan et pour sa plume. Après avoir lu trois livres d’elle, je me suis dit qu’il était urgent de lire la totalité de ses oeuvres. J’ai donc décidé de commencer par Jours Sans Faim, un livre traitant de l’anorexie.

 

Ce sujet est plutôt sensible, quelques fois tabou puisqu’au-delà de l’aspect physique, c’est une « maladie de la tête ». 

Dans cette histoire, on rencontre une jeune fille souffrant d’anorexie qui va accepter de se faire aider, accepter de ne pas mourir, de ne pas se laisser mourir. Honnêtement, j’ai trouvé que Delphine De Vigan a traité ce sujet avec brio. Il y avait une telle authenticité dans ses mots, ses phrases courtes et simples qui retranscrivaient l’état d’esprit du protagoniste, l’état dans lequel se trouvent les personnes atteintes de trouble de l’alimentation. 

On y retrouve la peur, la douleur, le froid, les doutes, les rechutes, les incertitudes et les questionnements. 

C’est un livre court, qui se lit rapidement - 120 pages - et qu’on ne lâche pas. 

 

Je ne l’ai pas trouvé particulièrement difficile à lire, même s’il est très réaliste et traite d’un sujet complexe et touchant - je ne suis pas très sensible donc, à voir en fonction du niveau de sensibilité -. 

Bref, comme d’habitude, Delphine De Vigan trouve les mots justes, touche là où ça fait mal et c’est ça que j’apprécie chez elle et dans sa façon d’écrire. Alors oui, ce sont toujours des écrits sombres, qui touchent et qui font mal, mais c’est ce que j’aime. Je te conseille donc ce livre qui malgré tout, te pousse à te dépasser, à ne pas te laisser abattre et à vivre, tout simplement.

 

 

Note : 4/5