· 

Les heures souterraines

Oeuvre : Les heures souterraines

Auteur : Delphine de Vigan  

Editeur : JCLattès

Parution : 26 Août 2009

Nombre de pages : 300

Prix : 17€

 

 

 

Résumé :

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.

 

Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.

 

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur.

 

Critique : Je suis super contente de te présenter un vrai coup de coeur littéraire et c’est avec un grand plaisir -et coup de pied aux fesses- que je vais essayer de te faire foncer vers la première librairie ou Fnac ou bibliothèque ou n’importe quel vendeur de livres que tu croiseras pour lire cette petite pépite.

 

Dans ce roman, on découvre deux points de vue différents. 

Tout d’abord, Mathilde, une maman seule de trois enfants. Mathilde était heureuse dans sa vie jusqu’à ce qu’un incident au travail -certes que nous considérerions sans importance- va littéralement bouleverser son existence. On retrouve Mathilde devenue limite instable, menant une vie routinière et selon ce qu’on en lit, dénouée de sens. Elle prend les mêmes transports en commun pour se rendre dans la même entreprise où elle ne sert plus à rien, où elle est reléguée au dernier plan. 

D’un autre coté on fait la connaissance de Thibault, un médecin, qui, lui aussi mène une existence routinière sans goût et sans couleur. Thibault subit une relation amoureuse difficile où il est le seul à aimer - du coup je sais pas tellement si je peux employer le terme de relation amoureuse -. Je  ne vais pas te cacher que, pour Lila, la partenaire de Thibault, on est plutôt sur une relation de type charnelle si tu vois ce que je veux dire. Bon, un plan-cul quoi. Sa vie est rythmée par la ville, son travail et les différents patients atteints de rhino-pharyngites qu’il consulte chaque jour. Bref, une vie super excitante quoi.

 

Pourquoi ce livre à été un coup de coeur ? Bon tout d’abord, on part sur un livre que je définirais comme plutôt sombre. Si tu cherches quelque chose de joyeux, il faudra repasser. J’aime énormément les livres traitants de sujets sombres quels qu’ils soient. Ici, il est question d’existence routinière, de vide, de sensation d’engloutissement, d’emprisonnement psychologie, de déprime, d’amour à sens unique. On a de vraies questions qui sont posées. Des questions sur le temps qui passe, les sentiments, la vie qui nous file entre les doigts sans qu’on s’en rende compte, le moment où l’on arrive à un point de non retour, le moment où on arrête de se battre, où on baisse les bras. On pourrait croire qu’il est question de suicide mais pas tellement. Le thème est rapidement abordé, mais ça n’est pas réellement de ça dont Delphine de Vigan veut nous parler. On a aussi un thème qui prend une grande place dans ce livre, qui est le côté sombre de l’entreprise, l’envers du décor, la destruction à laquelle on peut être amené, l’isolement, le stress que l’on peut subir. On peut aussi remarquer la relation malsaine qu’a Mathilde et son supérieur et qui va mener celle-ci à sa perte. Je ne t’en dis pas plus tu la découvriras seul. 

 

Honnêtement, je pense que l’on peut tous être touchés personnellement par ce livre. Je pense que l’on a tous ressenti au moins une fois une sensation de vide dans notre vie. Se demander à quoi ça rime, avoir l’impression de faire les mêmes choses aux mêmes moments. Que notre vie à perdue toutes ses couleurs. Si tu ne l’as pas encore ressenti je pense que ça se fera, même si je ne te le souhaite pas. Ici, Delphine de Vigan ne nous donne pas de remède pour éviter cette sensation de tomber dans une spirale infernale de vide. J’ai trouvé que l’on ne prenait seulement que du recul face à ses sentiments et c’est justement à toi de trouver la solution. Il n’y a pas de réponse toute faite à nos questions. Nous devons nous créer nos propres réponses. -WHAOU je viens de te pondre une citation plutôt pas mal là-.

Fonce acheter ce livre. Il est profond, traite de sujets personnels, complexes et réels. Delphine de Vigan nous tient durant tout le livre, elle a une plume sublime et c’est avec grand plaisir que je lirai tous ses livres prochainement je l’espère.

 

 

 

Note: 10/10